Des phrases sur la vie et l’espoir

Des phrases sur la vie et l'espoir
Il arrive qu’un individu devienne le centre de votre vie, sans que vous ne soyez lié à lui ni par le sang ni par l’amour, mais simplement parce qu’il vous tient la main, vous aide à marcher sur le fil de l’espoir, sur la ligne tremblante de l’existence. Ami ! Frénétiquement.
De Fatou Diom

  Autres des phrases sur la vie et l’espoir…

Parmi les personnes que ma famille fréquente, toutes ont suivi la même voie : une jeunesse à essayer de rentabiliser son intelligence, à presser comme un citron le filon des études et à s’assurer une position d’élite et puis toute une vie à se demander avec ahurissement pourquoi de tels espoirs ont débouché sur une existence aussi vaine. Les gens croient poursuivre les étoiles et ils finissent comme des poissons rouges dans un bocal. Je me demande s’il ne serait pas plus simple d’enseigner dès le départ aux enfants que la vie est absurde. Cela ôterait quelques bons moments à l’enfance mais ça ferait gagner du temps à l’adulte…
De Muriel Barbery
                                           ****
Il est impossible que l’on soit heureux si l’on ne veut pas l’être ; il faut donc vouloir son bonheur et le faire. Ce que l’on n’a point assez dit, c’est que c’est un devoir aussi envers les autres que d’être heureux. On dit bien qu’il n’y a d’aimé que celui qui est heureux ; mais on oublie que cette récompense est juste et méritée ; car le malheur, l’ennui et le désespoir sont dans l’air que nous respirons tous ; aussi nous devons reconnaissance et couronne d’athlète à ceux qui digèrent les miasmes, et purifient en quelque sorte la commune vie par leur énergique exemple. Aussi n’y a-t-il rien de plus profond dans l’amour que le serment d’être heureux. Quoi de plus difficile à surmonter que l’ennui, la tristesse ou le malheur de ceux que l’on aime ? Tout homme et toute femme devraient penser continuellement à ceci que le bonheur, j’entends celui que l’on conquiert pour soi, est l’offrande la plus belle et la plus généreuse.
D’Alain
                                            ****
Le cœur et l’estomac en marmelade, je me dis que finalement, c’est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté, où le temps n’est plus le même. C’est comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèse dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même, un toujours dans le jamais. Je traquerai désormais les toujours dans le jamais. La beauté dans ce monde.
De Muriel Barbery
                                            ****
Je ne veux pas qu’elle soit morte. Je veux un espoir, je demande un espoir. Qui me donnera la croyance en une merveilleuse vie ou je retrouverai ma mère ? Frères, o mes frères humains, forcez-moi a croire en une vie éternelle, mais apportez-moi de bonnes raisons et non de ces petites blagues qui me donnent la nausée tandis que, honteux de vos yeux convaincus, je réponds oui, oui, d´un air aimable. Ce ciel ou je veux revoir ma mère, je veux qu’il soit vrai et non une invention de mon malheur.
D’Albert Cohen 
                                             ****
Je crois que j’ai dormi parce que je me suis réveillé avec des étoiles sur le visage. Des bruits de campagne montaient jusqu’à moi. Des odeurs de nuit, de terre et de sel rafraîchissaient mes tempes. La merveilleuse paix de cet été endormi entrait en moi comme une marée. À ce moment, et à la limite de la nuit, des sirènes ont hurlé. Elles annonçaient des départs pour un monde qui maintenant m’était à jamais indifférent. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai pensé à maman. Il m’a semblé que je comprenais pourquoi à la fin d’une vie elle avait pris un « fiancé », pourquoi elle avait joué à recommencer. Là-bas, là-bas aussi, autour de cet asile où des vies s’éteignaient, le soir était comme une trêve mélancolique. Si près de la mort, maman devait s’y sentir libérée et prête à tout revivre. Personne, personne n’avait le droit de pleurer sur elle. Et moi aussi, je me suis senti prêt à tout revivre. Comme si cette grande colère m’avait purgé du mal, vidé d’espoir, devant cette nuit chargée de signes et d’étoiles, je m’ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde. De l’éprouver si pareil à moi, si fraternel enfin, j’ai senti que j’avais été heureux, et que je l’étais encore.
De Camus 
                                            ****
La vie est dure. Elle est un combat de chaque jour pour ceux qui ne se résignent pas à la médiocrité de l’âme, et un triste combat le plus souvent, sans grandeur, sans bonheur, livré dans la solitude et le silence. Oppressés par la pauvreté, par les âpres soucis domestiques, par les tâches écrasantes et stupides, où les forces se perdent inutilement, sans espoir, sans un rayon de joie, la plupart sont séparés les uns des autres, et n’ont même pas la consolation de pouvoir donner la main à leurs frères.
De Romain Rolland 
                                           ****
[ le révolté fripon ] attend l’inconnu, tout l’inconnu, même des évènements qui se murmurent à peine pour épaissir l’intrigue qu’il noue avec le monde [. .] Aucune technique ne le garantit de l’imprévu, de la visitation de la grâce et du hasard [. .] Dans sa vie extrêmement quotidienne il a laissé une porte minuscule pour la curiosité, le mystère, la tentation et le vertige ; et cette ouverture suffit à faire battre son coeur, à nourrir son coeur de visions singulières, à l’entretenir dans l’espoir d’une grande illumination.
De Pascal Bruckner – Alain Finkielkraut 
                                            ****
sentiments, une certitude de jouissances que rien n’altère, et un trop constant échange de plaisirs, une trop complète adhérence entre les coeurs pour ne pas exclure la jalousie. La possession est alors un moyen et non un but ; une infidélité fait souffrir, mais ne détache pas ; l’âme n’est ni plus ni moins ardente ou troublée, elle est incessamment heureuse ; enfin le désir étendu par un souffle divin d’un bout à l’autre sur l’immensité du temps nous le teint d’une même couleur : la vie est bleue comme l’est un ciel pur. La passion est le pressentiment de l’amour et de son infini auquel aspirent toutes les âmes souffrantes. La passion est un espoir qui peut-être sera trompé. Passion signifie à la fois souffrance et transition ; la passion cesse quand l’espérance est morte.
D’Honoré de Balzac 
                                              ****
Car l’amour m’a donné les seuls plaisirs, les seuls cris qui n’étaient pas des plaintes, les seuls mouvements qui n’étaient pas de douleur, les seuls sentiments qui n’étaient ni de honte ni de haine ; Il m’a donné les seules joies, les seuls moments de plénitude de ma vie, et m’a montré jusqu’au désespoir, et à l’abandon de moi-même, que ma bouche, que ma chair, mes cris, ma poitrine, mon dos, tout mon être enfin, manquait, et manquait, et manquait d’amour.
De Salvat Etchart 
                                             ****
Dans les livres, il y a des chapitre pour bien séparer les moments, pour montrer que le temps passe ou que la situation évolue, et même parfois, des parties avec des titres chargés de promesses, La rencontre, L’espoir, La chute, comme des tableaux. Mais dans la vie, il n’y a rien, pas de titre, pas de pancarte, pas de panneau, rien qui indique attention danger, éboulements fréquents ou désillusion imminente. Dans la vie on est tout seul avec son costume, même s’il est tout déchiré.
De Delphine de Vigan
                                             ****
Ce qui désespère ? Les séparations. Être déraciner d’un être et observer, tels des nerfs arrachés, les fils qui le liaient à soi, tout sanguinolents, tout bruissant encore des mots d’amour envolés. Et se faire à l’idée que tout est dit, ou plutôt que plus aucun mot ne pourra être prononcé. Être éloigné de quelqu’un, c’est être extrait d’un monde, d’un univers qui contient une partie de soi, de sa mémoire et de sa chair. C’est se quitter un peu soi-même. C’est un voyage à l’envers où l’on ne peut plus attendre l’autre. Pour Léna, ne plus voir Vlad, c’est l’envers de l’espoir, c’est comme arrêter de respirer. C’est l’envers de la vie. L’envers des jours.
De Bruno Descamps
                                              ****
Nous avons inventé la lumière pour nier l’obscurité. Nous avons mis les étoiles dans le ciel, nous avons planté des réverbères tous les deux mètres dans les rues. Et des lampes dans nos maisons. Eteignez les étoiles et contemplez le ciel. Que voyez-vous ? Rien. Vous êtes en face de l’infini que votre esprit limité ne peut pas concevoir et vous ne voyez plus rien. Et cela vous angoisse. C’est angoissant d’être en face de l’infini. Rassurez-vous ; vos yeux s’arrêteront toujours sur les étoiles qui obstruent leur vision et n’iront pas plus loin. Aussi ignorez-vous le vide qu’elles dissimulent. Eteignez la lumière et ouvrez grands les yeux. Vous ne voyez rien. Que l’obscurité, que vous percevez plutôt que vous ne la voyez. L’obscurité n’est pas hors de vous, l’obscurité est en vous. Je porte la malédiction de la lucidité. Les yeux de mon esprit sont grands ouverts sur la vie et contemplent le vide. Et pourtant luisait en moi l’étincelle moqueuse d’un espoir indéfini, qui par instants me faisait oublier le goût amer de la moelle pourrie du monde, petite étincelle ténue, seule barrière entre moi et l’autodestruction.
De Lolita Pill 
                                               ****
J’entends la tempête. On me parle de progrès, de « réalisations », de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d’eux-mêmes. Moi, je parle de sociétés vidées d’elles-mêmes, des cultures piétinées, d’institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d’extraordinaires possibilités supprimées. Je parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le la rbinisme.
D’Aimé Césaire 
                                              ****
Ecoute-moi, toi mon semblable, mon frère. Tu as peur parce que tu te crois faible, parce que tu penses que l’avenir est sans issue et la vie sans espoir. Pourtant, tu as d’authentiques paradis dans la tête. Ce ne sont pas des paradis chimiques, c’est toi, toi tout entier, dans ta singularité d’homme, avec les forces qui t’habitent et que tu as oubliées peut-être.
D’Édouard Zarifian
                                             ****
Mon enfant, il faut aimer la vie, et travailler pour qu’elle aime chacun de nous. Et si nous la trouvons mauvaise et dure, il faut l’aimer cependant, et la réaliser meilleure, non par le désespoir et la violence, mais par le travail. C’est ce que les meilleurs d’entre nous comprennent spontanément. Ils aiment naturellement le travail, l’action, la pensée ; ils sont nés les bons ouvriers robustes, prêts à la tâche, qui sauront souffrir et travailler seuls. Mais aux plus faibles pour les gagner au devoir de vivre, à la joie de vivre, il faut le bonheur, l’amour, la paix au cœur, le charme continu des présences douces. Ce que je dis est vrai de toutes les faiblesses, et il n’est pas un de nous qui, à certaines heures, ne soit un faible à son tour. C’est pourquoi l’avenir, à qui incombent tant de grandes tâches, qui doit réaliser la paix du travail, l’équité laborieuse, devra, peut-être avant toute chose, assurer toute sa liberté à l’amour.
De Léon Blum 
                                             ****
Enquêteur criminel, ça peut être le métier le plus solitaire du monde. Les amis de la victime sont révoltés et désespérés, mais tôt ou tard, au bout de quelques semaines ou mous, la vie quotidienne reprend le dessus. Pour les plus proches, ça met plus longtemps, mais eux aussi finissent par surmonter le chagrin et le désespoir. La vie continue. Pourtant les meurtres non résolus vous rongent En fin de compte, il ne reste plus qu’une seule personne qui pense à la victime et essaie de lui rendre justice – le flic qui pense à la victime avec l’enquête sur les bras.
De Stieg Larsson 

À Découvrir Aussi